Communication, marketing digital, publicité, identité visuelle, site web

La visibilité d’une entreprise ou d’une marque

Lorsque l’on parle de visibilité en communication et marketing, il ne s’agit bien évidemment pas de la même notion qu’en physique. En effet on ne parle ici pas tout à fait de ce qui est perceptible par la vue ou sensible à l’œil humain. Du moins pas exactement. Lorsqu’on se penche sur la question de la visibilité d’une marque ou d’une entreprise, on parle certes de sa capacité à être perçue par des humains.
Plus spécifiquement, l’entreprise cherche à être visible de sa cible de clientèle. Ainsi, une société va chercher la visibilité non pas générale mais plus précisément une visibilité ciblée, précise et qualifiée.
C’est là que réside l’enjeu de la visibilité en communication.

Avoir une bonne visibilité, qu’est-ce que c’est?

Lorsqu’on parle de visibilité, on ne se contente pas de quantité. Effectivement, si votre entreprise fournit des produits ou services en France métropolitaine, que lui importe d’être visible au Japon?

Une visibilité bien pensée doit être développée auprès d’une cible bien précise.

Car la visibilité n’est pas un but en soit. Il suffit de s’interroger sur ce point:

Pourquoi est-ce que je souhaite que mon entreprise gagne en visibilité?
Est-ce que l’on souhaite augmenter sa notoriété?

Car visibilité et notoriété sont deux choses bien différentes.

Si la notoriété correspond au fait d’être connu avantageusement, c’est-à-dire avec une connotation positive, ce n’est pas nécessairement le cas de la visibilité.

Un exemple tout simple réside dans le “bad buzz”. Une publication qui prend une dimension virale, en soit, pourquoi pas? Très bien. On gagne en visibilité.
Mais si cette publication détruit l’image de l’entreprise, la montre sous son plus mauvais jour, qu’advient-il?
L’entreprise va gagner en visibilité mais est-ce une visibilité souhaitée? Sa notoriété va, quant à elle, en pâtir cruellement.
Il faut donc travailler en communication une visibilité qui serve la notoriété. Cette visibilité doit être maîtrisée.
C’est là un enjeu fondamental de la communication d‘entreprise: éviter la distorsion de l’image. Il faut que le public reçoive et intègre le message que l’entreprise souhaite diffuser.
Pour maîtriser son image, il faut donc maîtriser les canaux et médias et le message tout en ayant une véritable compréhension de la cible et de ses attentes.

Voir et mémoriser: deux choses distinctes

Une fois de plus, en terme de visibilité, quantitatif et qualitatif peuvent être diamétralement opposés.
Si l’on part du présupposé que le message, qu’il soit visuel ou sonore, voire olfactif, sert positivement l’entreprise, une question demeure: va-t-il être réellement mémorisé?
De cette manière on peut voir autour de nous des campagnes de communications extrêmement intensives, sur tous les médias, des médias traditionnels (télévision, radio, journaux, imprimés et adressés,…) aux nouveaux médias (web, réseaux sociaux,…) mais qui ne permettent pas de générer de gains de notoriété notables.
Pourquoi?
Parce que ces campagnes sont terriblement neutres. Elles sont dissociables de la société qui les met en œuvre. Pour le public, il est parfois impossible d’attribuer un message à une marque.
Pire encore, il arrive assez fréquemment que le message général soit compris et mémorisé mais qu’il soit attribué à une autre entreprise, concurrente.
Certaines campagnes télévisuelles, pour des automobiles notamment, ou des banques, sont ainsi parfaitement interchangeables.
Le message est si consensuel et vague, neutre et impersonnel, qu’il perd en authentification.

Pour gagner en visibilité il faut donc se démarquer.

Il est indispensable de travailler ses axes de différenciations pour que le public n’amalgame pas l’entreprise à ses concurrents.
Une agence de concurrence est ainsi en mesure de travailler avec vous votre ligne éditoriale, de façon à permettre à vos messages de correspondre à l’identité de votre entreprise tout en se démarquant de vos concurrents.
Ainsi vous pourrez réellement gagner en visibilité efficacement.

Être visible sur le web: attentions aux chiffres qui trompent

Comme pour les médias plus classiques, le web permet aux entreprises d’être vues par leurs clients et leurs prospects.
Et tout comme les médias classiques, la visibilité découle d’un investissement, qu’il soit en temps ou en argent.

Gagner en visibilité numérique est très facile à première vue: pour cela il suffit de faire une campagne de publicité en ligne… Est-ce vraiment si simple?

Attention: de nouveaux abonnés ou plus de « like » ne sont pas synonymes de plus de clients! De nombreuses agences peu scrupuleuses fournissent des abonnés qui sont en réalité de faux comptes, des robots.
Le magazine L’Express avait consacré à ce phénomène un article de sa rubrique High Tech en 2017.
Les réseaux sociaux combattent avec acharnement ces pratiques frauduleuses en désactivant régulièrement les faux comptes.
En outre, les pratiques constituant une tentative de « click-bait » (littéralement « appât à clic ») ou d’ « engagement-bait » (pouvant être traduit par « appât à engagement ») sont formellement interdites par la plupart des réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram…
Ainsi, tenter de recruter plus de personnes en demandant à ses abonnés de « tagger » un proche pour participer à un jeu concours est totalement déconseillé et peut amener une sanction sur le compte (suspension voire suppression).

Nombre d’abonnés: une garantie d’un nombre de vues qualifiées?

Enfin il faut être prudent avec le nombre d’abonnés de ses comptes de réseaux sociaux. En effet, si nombre de personnes s’abonnent (parce que c’est gratuit), peu de gens de se désabonnent des pages qu’ils ne fréquentent plus.
Or les algorithmes des réseaux sociaux tendent à écarter les pages auxquels les gens se sont abonnés mais ne participent pas activement. Les pages tombent ainsi dans l’oubli de leurs plus anciens et de leurs moins actifs abonnés.
Aussi mieux vaut prendre en considération les engagements et actions (partages, likes et surtout commentaires) que le nombre d’abonnés qui n’est pas nécessairement significatif de la visibilité réelle du compte.

La visibilité web: un investissement à penser

La visibilité web dépend de nombreux supports distincts qu’il faut analyser et prioriser pour en mesurer la portée auprès de la cible.

Avant de lancer son site web, il est prudent de réaliser un audit. Cet audit doit porter sur l’entreprise et ses concurrents, sous la forme de benchmark notamment.
De la même manière, structurer ses médias sociaux constitue une étape fondamentale.

La gratuité de la plupart des plateformes est un leurre.

En effet, si la création d’une page dédiée est gratuite, la visibilité n’est pas automatique, loin de là.
Pour gagner en visibilité, cela requiert un travail intensif, régulier et réfléchi.
Une agence de social media telle que SO’weka permet d’optimiser sa visibilité sur les réseaux sociaux auprès du public visé.

En identifiant les types d’utilisateurs des différents réseaux, l’entreprise est en mesure d’améliorer sa visibilité à la fois en terme de quantité et de qualité.

Ne pas perdre de temps, ne pas se disperser, penser son message et son impact sur le récepteur, réfléchir aux médias et à leurs spécificités, telles sont les clés d’une visibilité optimale.